Theravada – La plus ancienne école bouddhiste existante

FR French Français

est généralement reconnu comme étant la plus ancienne forme de bouddhisme encore existante.

Les adhérents de l’école, appelés Theravadins, préservent leur version de l’enseignement de Gautama Bouddha ou du Bouddha Dhamma dans le canon pali depuis plus d’un millénaire.

L’origine des enseignements de Theravada

Le canon pāli est le corpus de textes bouddhistes le plus exhaustif encore existant dans une langue indienne classique, le pāli, qui est considéré comme la langue sacrée et la langue commune de l’école.

Theravāda est généralement plus conservateur que Mahāyāna et Vajrayāna en ce qui concerne la doctrine et la discipline monastique.

Le conservatisme de Theravāda se manifeste par le fait qu’il conteste la validité des sutras du Mahayana, qui datent du premier siècle avant notre ère.

Le bouddhisme theravāda qui tient ses origines de l’Inde antique, est l’une des premières branches du bouddhisme à se développer après la scission initiale de la communauté monastique bouddhiste.

Theravāda s’est propagée à travers le continent de l’Asie du Sud-Est après avoir été établie dans le royaume sri-lankais d’Anuradhapura, grâce aux efforts des moines missionnaires et des monarques de l’Asie du Sud-Est.

Termes, concepts et lieux dans les pratiques du Theravāda

Voici une liste de termes, de concepts et de lieux liés à la pratique du Theravāda.

Thero

est un terme honorifique en pali désignant les bhikkhus et les bhikkhunis les plus âgés de l’ordre monastique bouddhiste. Le mot signifie littéralement « aîné ». Ces termes, qui apparaissent à la fin du prénom d’un monastique, sont utilisés pour distinguer ceux qui se sont écoulés depuis au moins 10 ans depuis leur upasampada. Le nom d’un important recueil de poèmes bouddhistes très anciens s’appelle Therigatha, « vers du therīs ».

Tamrashatiya

La Tāmraśāğīya, également appelée Tāmraparīya, était l’une des premières écoles du bouddhisme et une branche de l’école Vibhajyavāda basée au Sri Lanka. On pense que la tradition Theravāda trouve ses origines dans cette école.

Śrāvakayāna

Śrāvakayāna est l’un des trois yānas connus du bouddhisme indien. Cela se traduit littéralement par « le véhicule des auditeurs [c’est-à-dire des disciples] ». Historiquement, c’était le terme le plus couramment utilisé dans les textes bouddhistes du Mahāyāna pour décrire une voie hypothétique vers l’illumination. Le Śrāvakayāna est le chemin qui répond aux objectifs d’un arhat, un individu qui atteint la libération en écoutant les enseignements d’un Samyaksaībuddha. Un Bouddha qui a atteint l’illumination grâce à Śrāvakayāna est appelé Śrāvakabuddha, à la différence d’un Samyaksa‑buddha ou d’un Pratyekabuddha.

Bouddhisme en Asie du Sud-Est

Le comprend diverses traditions bouddhistes, dont deux traditions principales : le bouddhisme Mahāyāna et le bouddhisme theravāda. Historiquement, le bouddhisme Mahāyāna occupait une place prépondérante dans cette région, mais à l’époque moderne, la plupart des pays suivent la tradition theravāda. Les pays d’Asie du Sud-Est à majorité bouddhiste theravada sont la Thaïlande, le Cambodge, le Laos et le Myanmar, tous des pays continentaux.

Anapanasati

Ānāpānasati, qui signifie « attention à la respiration », est une forme de méditation bouddhiste enseignée à l’origine par Gautama Bouddha dans plusieurs suttas, dont l’Ānāpānasati Sutta.

Vassa

La est la retraite annuelle de trois mois observée par les pratiquants du Theravada.

Se déroulant pendant la saison des pluies, Vassa dure trois mois lunaires, généralement de juillet à octobre.

Maechi

ou Mae chee sont des laïques bouddhistes de Thaïlande qui ont consacré leur vie à la religion, jurant le célibat, menant une vie ascétique et adhérant aux huit ou dix préceptes. Ils occupent une position quelque part entre celle d’un disciple laïque ordinaire et celle d’un monastique ordonné et similaire à celle des sāmaðerī.

Vāsanā

La vasanā est une tendance comportementale ou une empreinte karmique qui influence le comportement actuel d’une personne. C’est un terme technique utilisé dans la philosophie indienne, en particulier le yoga, ainsi que dans la philosophie bouddhiste et l’Advaita Vedanta.

Relique de la dent du Bouddha

La relique de la dent de Bouddha est vénérée au Sri Lanka en tant que relique cetiya du Bouddha Gautama, sur les enseignements duquel le bouddhisme a été fondé.

Passaddhi

est un nom pali qui a été traduit par « calme », « tranquillité », « repos » et « sérénité ». Le verbe associé est passambhati.

Moggaliputta-Tissa

Moggaliputtatissa était un moine et érudit bouddhiste né à Pataliputra, dans le Magadha, et qui a vécu au IIIe siècle avant notre ère. Il est associé au troisième concile bouddhiste, à l’empereur Ashoka et aux activités missionnaires bouddhistes qui se sont déroulées pendant son règne.

Mahanayaka

Les theros sont des moines bouddhistes de haut rang qui supervisent et réglementent le clergé bouddhiste dans les pays bouddhistes theravada. Le titre Maha Nayaka se traduit en anglais par « Grand Leader » et il est considéré comme un poste très important occupé par un moine dans un pays bouddhiste theravada. Il est généralement décerné aux moines bouddhistes les plus âgés qui sont nommés prélats en chef des fraternités monastiques connues sous le nom de Nikayas.

Kathina

est une fête bouddhiste qui a lieu à la fin de Vassa, la retraite de trois mois pendant la saison des pluies réservée aux bouddhistes theravada au Bangladesh, au Cambodge, au Laos, en Malaisie, au Myanmar, au Sri Lanka, en Inde et en Thaïlande. La saison pendant laquelle un monastère peut accueillir Kathina dure un mois et commence après la pleine lune du onzième mois du calendrier lunaire.

Le bouddhisme ésotérique méridional et le Borān kammağhāna sont des termes utilisés pour désigner certaines pratiques, points de vue et textes ésotériques du bouddhisme theravada. Elle est parfois appelée Théravada tantrique en raison de son parallèle avec les traditions tantriques ; ou méditation theravada traditionnelle.

Le bouddhisme en Thaïlande est en grande partie issu de l’école Theravada, qui est suivie par 95 % de la population. La Thaïlande compte la deuxième plus grande population bouddhiste du monde, après la Chine, avec environ 64 millions de bouddhistes. Le bouddhisme en Thaïlande s’est également intégré à la religion populaire ainsi qu’aux religions chinoises de l’importante population chinoise thaïlandaise. Les temples bouddhistes de Thaïlande se caractérisent par de grands stupas dorés, et l’architecture bouddhiste de la Thaïlande est similaire à celle d’autres pays d’Asie du Sud-Est, en particulier au Cambodge et au Laos, avec lesquels la Thaïlande partage un patrimoine culturel et historique. Le bouddhisme thaïlandais présente également de nombreuses similitudes avec le bouddhisme sri-lankais. La Thaïlande, le Cambodge, le Myanmar, le Sri Lanka et le Laos sont des pays à majorité bouddhiste theravada

Bouddhisme au Sri Lanka

Le bouddhisme theravada est la religion la plus importante et officielle du Sri Lanka, pratiquée par 82,2 % de la population en 2022.

Bhante

, parfois aussi appelé Bhadanta, est un titre respectueux utilisé pour s’adresser aux moines bouddhistes et aux supérieurs dans la tradition theravada.

Les Bhāṇakas étaient des moines bouddhistes spécialisés dans la mémorisation et la récitation d’une collection spécifique de textes du canon bouddhiste.

Les lignées de bhāñakas étaient chargées de préserver et de transmettre les enseignements du Bouddha jusqu’à ce que le canon soit consacré à la rédaction au 1er siècle avant notre ère, mais elles ont décliné lorsque la transmission orale du bouddhisme primitif a été remplacée par l’écriture.

Atamasthana

() ou Huit lieux sacrés sont une série de lieux du Sri Lanka où le Bouddha s’est rendu lors de ses trois visites dans le pays. Les lieux sacrés sont connus sous les noms de Jaya Sri Maha Bodhiya, Ruwanwelisaya, Thuparamaya, Lovamahapaya, Abhayagiri Dagaba, Jetavanarama, Mirisaveti Stupa et Lankarama. Ils sont situés à Anuradhapura, la capitale de l’ancien royaume d’Anuradhapura.

Asalha Puja

L’ est un festival bouddhiste theravada qui se déroule généralement en juillet, à la pleine lune du mois d’Âsādha. Il est célébré en Indonésie, au Cambodge (), en Thaïlande, au Sri Lanka, au Laos, au Myanmar et dans les pays comptant des populations bouddhistes theravada. En Indonésie, le festival est centré sur les temples Mendut et Borobudur, dans le centre de Java.

L’Université missionnaire bouddhiste internationale Theravāda se trouve sur la colline de Dhammapãla, dans le canton de Mayangon, à Rangoun, au Myanmar. Il a été inauguré lors de la 6e lune croissante de Nadaw, en 1360 ME.

La tradition des moines forestiers sri-lankais a une longue histoire. En tant que plus ancien pays bouddhiste theravada du monde, plusieurs traditions et lignées forestières ont existé, ont disparu et sont réapparues de manière circulaire au Sri Lanka. Les traditions et lignages forestiers actuels au Sri Lanka ont été influencés par les traditions birmanes et thaïlandaises qui descendent des anciennes traditions indiennes et sri-lankaises.

Sangharaja

est le titre donné dans de nombreux pays bouddhistes theravada à un moine senior qui est le chef titulaire soit d’une fraternité monastique (nikaya), soit de la Sangha dans tout le pays. Ce terme est souvent traduit en anglais par « Patriarche » ou « Patriarche suprême ».

Le Theravāda Abhidhamma est une systématisation scolaire de la compréhension par l’école Theravāda des plus hauts enseignements bouddhistes (Abhidhamma). On pense traditionnellement que ces enseignements ont été enseignés par le Bouddha, bien que les érudits modernes datent les textes de l’Abhidhamma Piğaka du IIIe siècle avant notre ère. Le Theravāda se considère traditionnellement comme le vibhajjavāda, qui reflète la méthode analytique (vibhajjati) utilisée par le Bouddha et les premiers bouddhistes pour étudier la nature de la personne et d’autres phénomènes.

Le bannissement des moines bouddhistes du Népal s’inscrivait dans le cadre d’une campagne menée par l’ancien gouvernement Rana pour réprimer la résurgence du bouddhisme theravada au Népal au cours des premières décennies du 20e siècle. Il y a eu deux déportations de moines de Katmandou, en 1926 et 1944.

Le Bouddha a parfois décrit la pratique (patipatti) de son enseignement comme un entraînement graduel, car la Noble Voie Octuple implique un processus de transformation du corps et de l’esprit qui se déroule sur une période parfois longue. Tout comme l’océan possède un plateau graduel, une pente graduelle, une inclinaison graduelle, avec une chute soudaine seulement après une longue période, de la même manière, cette discipline du Dhamma (dhamma-vinaya) s’entraîne progressivement (anupubaya) basikkhā), une performance graduelle (anupubbakiriyā), une progression graduelle (anupubbapatipadā), avec une pénétration dans la gnose seulement après un long étirement.

Nikāya () est un mot pali qui signifie « volume ». Il est souvent utilisé, comme le mot sanskrit āgama (), pour signifier « collection », « assemblage », « classe » ou « groupe » à la fois en pāde et en sanskrit. Il est le plus souvent utilisé en référence aux textes bouddhistes pali du Tripitaka, à savoir ceux trouvés dans le Sutta Piğaka. Il est également utilisé pour désigner les lignées monastiques, où il est parfois traduit par « fraternité monastique ».

Medhankara

est le nom de plusieurs membres éminents de l’ordre bouddhiste à l’époque médiévale : le plus ancien a prospéré vers 1200 et est l’auteur du Vinaya Artha Samuccaya, un ouvrage en langue cinghalaise sur le droit canonique bouddhiste. Après lui est venu Arañaka Medhankara, qui a présidé le conseil bouddhiste tenu à Polonnaruwa, alors capitale de Ceylan, en 1250. La troisième, Vanaratana Medhankara, a prospéré en 1280 et a écrit un poème à Pali, Jina Carita, sur la vie du Bouddha. Il a également écrit le Payoga Siddhi. Le quatrième était le célèbre érudit à qui le roi Parākrama Bāhu IV de Ceylan a confié en 1307 la traduction du pali en cinghalais du livre Jātaka, le plus volumineux ouvrage existant en cinghalais. Le cinquième, un Birman, s’appelait le Sangharaja Nava Medhankara et a écrit en pali un ouvrage intitulé le Loka Padipa fara, sur la cosmogonie et des sujets connexes.

Adam’s Peak

Adam’s Peak est une montagne conique de 2 243 m (7 359 pieds) de haut située dans le centre du Sri Lanka. Elle est bien connue pour le Sri Pada, c’est-à-dire « empreinte sacrée », une formation rocheuse de 1,8 m située près du sommet qui, dans la tradition bouddhiste, est considérée comme l’empreinte du Bouddha, dans la tradition hindoue celle de Hanuman ou Shiva, c’est-à-dire « la montagne de la lumière de Shiva », et dans certaines traditions islamiques et chrétiennes, celle d’Adam ou celle de Saint-Thomas.

Be the first to comment Ici

Related posts

Professeurs spirituels theravada et modernisme bouddhiste

est le nom le plus communément accepté comme étant la plus ancienne école bouddhiste existante. Le modernisme bouddhiste Aux XIXe et XXe siècles, les bouddhistes theravāda sont entrés en contact direct avec les idéologies, les religions et la science moderne occidentales. Les différentes réponses à cette rencontre ont été appelées « modernisme bouddhiste ». Après son indépendance, le Myanmar a organisé le sixième concile bouddhiste (du Vesak 1954 au Vesak 1956) afin de créer une nouvelle rédaction du Canon .

Premiers textes bouddhistes – Sur les traces historique du Buddha

Les textes bouddhistes anciens (TBA), la bouddhiste ancienne ou les premiers discours bouddhistes sont des textes parallèles partagés par les premières écoles bouddhistes. Les quatre premiers Pali Nikayas Les matériaux TBA les plus étudiés sont les quatre premiers Pali Nikayas, ainsi que les Āgamas chinois correspondants. Cependant, certains chercheurs ont également souligné que certains documents du Vinaya, tels que les Patimokkhas des différentes écoles bouddhistes, ainsi que certains documents provenant des premiers textes de l'Abhidharma pouvaient .

Bouddhisme Nikaya – Les premières écoles bouddhistes

Le terme Nikāya a été inventé par Masatoshi Nagatomi comme un substitut non dérogatoire du Hinayana, qui désigne . Des exemples de ces groupes sont le bouddhisme pré-sectaire ainsi que les premières écoles bouddhistes. Origine des premières écoles bouddhistes Le bouddhisme primitif en Inde est généralement organisé en différentes communautés monastiques, ou nikāyas. Traditionnellement, il y avait dix-huit communautés, mais leur nombre a changé au cours des années. Les enseignements de chaque école variaient légèrement, .

Premières écoles bouddhistes – Le sangha monastique bouddhiste

Les premières écoles bouddhistes sont des divisions du sangha monastique bouddhiste qui se sont formées à l'origine en raison de divergences dans le vinaya, de différences doctrinales et de la dispersion géographique des moines. Origine des premières écoles bouddhistes Des années après le décès de Gautama Bouddha, le sangha original s'est divisé en deux branches principales, généralement considérées comme la et la . Plus tard, ces premières écoles primaires se sont divisées en 18 ou .

Moines bouddhistes theravada – Gardiens du code monastique

est le terme le plus répandu pour désigner l'école bouddhiste la plus ancienne qui existe encore aujourd'hui. Origine des ordres monastiques du Theravāda Les adhérents de l'école, appelés Theravadins, préservent leur version de l'enseignement de Gautama Bouddha ou du Bouddha Dhamma dans le canon pali depuis plus d'un millénaire. Grâce au patronage de rois mauryens comme Ashoka, cette école s'est répandue dans toute l'Inde et a atteint le Sri Lanka grâce aux efforts de missionnaires .